7 schémas de pensée déformés qui contribuent à l’anxiété

L’anxiété est répandue et épidémique. C’est un problème qui attaque le corps mais germe dans la tête.
En relation: 11 signes subtils d’anxiété que vous pourriez ne pas remarquer
Une grande partie de notre anxiété vient de nous raconter une mauvaise histoire. Le dialogue va généralement quelque chose comme ceci:

Vous n’êtes pas assez intelligent pour ce travail.
Vous êtes trop jeune, trop vieux, vous n’avez aucune expérience, vous ne pouvez pas apprendre de nouvelles choses assez rapidement.
Ce n’est qu’une question de temps avant d’être exposé.
Les gens ne vous respecteraient pas s’ils vous connaissaient vraiment.

Si vous changez votre histoire, vous pouvez changer votre vie. Commencez par reconnaître la voix dans votre tête, écoutez ce qu’elle dit et identifiez (puis supprimez!) Les schémas de pensée défectueux.
Voici sept de ces distorsions de pensée qui alimentent l’anxiété:
1. Pensée absolue
Parfois, on parle de «pensée polarisée». C’est le toujours et jamais parler, et cela conduit généralement à la victimisation.

Je ne trouverai jamais quelqu’un sur qui je peux compter.
Les gens me laissent toujours tomber.
Cette relation est terminée.
Je ne peux pas être heureux sans lui.

Tout est soit bon, soit mauvais. C’est une généralisation excessive où un événement négatif est un schéma de défaite sans fin. Je n’ai pas été accepté dans cette école / ce programme. Je n’obtiendrai jamais l’emploi de mes rêves. Ce genre de pensée devient une perspective mentale à travers laquelle toute autre réalité est vue. Le résultat est que notre vision de la vie est déformée de manière déformée. Pourtant, lorsque nous nous arrêtons pour compter nos bénédictions, nous découvrons que la vie est rarement aussi absolue.
2. Minimiser le positif
C’est la tendance à marginaliser nos succès. Nous disqualifions les expériences positives en les rejetant comme ne comptant pas.

Ce n’était vraiment pas si important.
Ce n’était pas grave.
C’était vraiment mineur.

Une chance d’affirmation devient un canal d’anxiété.
3. Sauter aux conclusions
Sauter aux conclusions est le seul exercice que certaines personnes obtiennent. Une enquête plus approfondie aboutit souvent à la conclusion opposée.

Elle est passée juste à côté de moi et n’a pas dit un mot! Elle doit être fâchée contre moi. Je me demande ce que j’ai fait de mal.

Quels sont les faits? Elle vous a dépassé, n’a pas dit un mot et n’a pas établi de contact visuel. Une autre conclusion possible (et plus empathique) est qu’elle est bouleversée par certaines mauvaises nouvelles et qu’elle n’avait aucune pensée pour vous. Ceci est souvent appelé «personnalisation», en pensant que tout ce que les gens disent ou font est une sorte de réaction envers vous.
4. Dire la fortune
Nous avons tendance à prévoir que les choses vont mal tourner. Nous abordons la prédiction comme si c’était un fait. Nous activons le simulateur de vol dans nos esprits et revoyons le désastre encore et encore.

En relation :  Posez-vous ces 4 questions pour en faire votre meilleure année à ce jour

Ma relation se rompt et ma famille et mes amis m’ostraciseront.
Ma vie d’intégration s’est terminée.

5. Raisonnement émotionnel
C’est l’erreur de penser que nos émotions reflètent la réalité de ce qui se passe.

Puisque je ressens cela, cela doit être vrai.

Si vous vous sentez stupide et ennuyeux, alors vous devez être stupide et ennuyeux. J’ai appris que c’est toujours une mauvaise idée de laisser mon raisonnement être façonné par mon humeur actuelle, surtout si je suis déprimé ou déprimé. Cela crée une anxiété injustifiée. Toutes les pensées ne sont pas vraies et tout ce que vous ressentez n’est pas un fait. Avec de la pratique, vous commencerez à remarquer ces pensées …sont-ils vrais ou non?-Et ensuite laissez-les partir.
6. Les épaules et Ne devrait pas
Les épaules et ne devrait pas sont de mauvais motivateurs. Je devrais faire ça nous laisse angoissés, voire coupables.

Plutôt que, Je devrais faire ça, demander…
Pourquoi est-ce que je veux faire ça? Quel est le résultat que je veux?

Quelques personnes devrait sur eux-mêmes et ne touchez jamais à la véritable motivation de pourquoi ils veulent faire quelque chose. Quand le devrait s’adresse à quelqu’un d’autre, l’anxiété peut se transformer en colère ou ressentiment.
7. Informations de filtrage
Même si nous entendons 20 commentaires positifs et un négatif, nous filtrons le positif et amplifions le négatif. Nous le mettons dans notre boîte de Pétri mentale et laissons notre anxiété grandir comme une bactérie. Nous avons réussi à isoler les «bactéries» négatives des informations générant la sérénité.
Nous ne pouvons pas contrôler la météo, l’économie ou les actions des autres. Mais nous pouvons contrôler nos attitudes, nos pensées, nos mots, nos émotions et nos comportements. Comprendre nos schémas de pensée déformés est le meilleur point de départ.
Reconnaissez tout cela, mais choisissez-en un ou deux qui sont les plus pertinents pour vous et votre vie, et commencez à prendre le contrôle dès aujourd’hui.

Moyens Staff
Moyens I/O Staff vous a motivé, donner des conseils sur la technologie, le développement personnel, le style de vie et des stratégies qui vous aider.