Luke Cage est le premier show MCU Netflix avec une forte saison 2

Spoilers à venir pour la saison 2 de Luke Cage.

Les émissions MCU de Netflix n’ont pas eu beaucoup de chance avec la deuxième saison. Jessica Jones saison 2 n’a jamais trouvé son centre, Daredevil la saison 2 a commencé fort, puis s’est transformée en batailles absurdes contre des flots sans fin de ninjas. Luke Cage semble avoir finalement rompu la séquence. Bien que la saison 2 soit loin d’être parfaite, elle évite non seulement le marasme en deuxième année, mais elle surpasse la saison 1 en se concentrant sans relâche sur la façon dont ses héros et ses méchants sont définis par leurs familles.

La saison 1 a vu beaucoup de drames familiaux de style shakespearien, avec Luke Cage (Mike Colter) face à son demi-frère Willis «Diamondback» Stryker (Erik LaRay Harvey) et Mariah Dillard (Alfre Woodard) assassinant son cousin Cornell «Cottonmouth» Stokes (Mahershala Ali). Mais la saison 2 est consacrée aux blessures profondes et persistantes que la famille peut infliger et à la difficulté d’échapper à un héritage.

Pour Luke, cela signifie faire face à son père James Lucas (le regretté vainqueur des Emmy Reg E. Cathey, livrant une splendide performance dans son dernier rôle), qui vient à Harlem en quête de réconciliation. Luke commence la saison apparemment dans un bon endroit – il est tellement aimé que les habitants de Harlem le suivent avec une application et achètent des vêtements avec son nom sur eux – mais il ne veut pas affronter tous les sentiments de trahison et de perte qui accompagnent son père . Sa force physique a augmenté depuis la saison 1, mais émotionnellement, il tient à peine ensemble. Sa colère frémissante et non résolue et son refus d’écouter les conseils pour y faire face créent un fossé entre Luke et ses amis qui le laisse dangereusement isolé, et Colter joue habilement la frustration fatiguée de Cage.

Mais la saison 2 concerne vraiment plus ses méchants que Luke. Le conflit central est entre Mariah et John «Bushmaster» McIver (Mustafa Shakir), qui est venu à Harlem de la Jamaïque pour détruire Mariah pour les torts que les Stokes ont commis contre sa famille. Mariah s’est bien mariée, lui donnant les ressources et la réputation dont elle avait besoin pour devenir un pouvoir politique plutôt que criminel, et dans la saison 2, elle veut mettre fin aux liens de gangs de sa famille pour de bon. Mais Bushmaster rappelle constamment à tout le monde que Mariah Dillard est vraiment Mariah Stokes et héritière du sanglant héritage de cette famille.

Bushmaster est motivé par la vengeance, mais c’est un méchant réfléchi qui identifie ses rivaux et les attaque sur plusieurs fronts, notamment en organisant un combat entre Luke Cage et un groupe de sbires armés d’une variété d’armes, juste pour qu’il puisse étudier les mouvements du héros. Regarder Bushmaster et Cage se battre est un plaisir, avec des batailles bien coordonnées opposant vitesse et technique à la puissance brute, mais Bushmaster tient également ses promesses en matière de combat verbal. Il est coupable de crimes graves, mais a sympathisé à la fois avec des griefs légitimes et des liens familiaux solides qui étendent la portée de l’émission au-delà de Harlem et dans la communauté jamaïcaine de Brooklyn. L’une des plus grandes occasions manquées est le showrunner Cheo Hodari Coker qui n’a pas donné autant de trame de fond à Bushmaster que Willis ou Cornell dans la saison 1. Au moment où il fournit des flashbacks sur la jeunesse du personnage et les origines de sa querelle familiale, il y a très peu de révélations qui n’ont pas déjà été expliquées.

En relation :  La saison 2 de Mindhunter est l'excuse parfaite pour revisiter Zodiac

Le matériel de Mariah est malheureusement plus incohérent. Dans le but de se relever du scandale qui l’a entourée dans la saison 1, elle cherche à se réconcilier avec sa fille éloignée Tilda Johnson (Gabrielle Dennis), qui est la partie la plus faible de toute scène dans laquelle elle se trouve. Mariah veut l’utiliser comme accessoire , et c’est vraiment tout ce qu’elle est, fournir un public à Bushmaster ou à Mariah pour expliquer leurs motivations, tout en n’offrant que les arguments les plus faibles sur son propre désir de ne pas faire de mal en tant que médecin devenu herboriste. Alfre Woodard, d’autre part, a été spectaculaire dans la saison 1, et elle capture toujours des scènes de la saison 2 en tant que reine autoproclamée de Harlem, commandant des salles de gangsters et Luke Cage lui-même avec un rire hautain et un mot mordant.

Malheureusement, son écriture et sa caractérisation sont frustrantes et incohérentes. Mariah est le cerveau parfait dans un épisode, mais elle fait des erreurs évidentes ou prend des risques inutiles dans un autre. L’objectif peut être de faire hésiter le public entre décider si Mariah ou Bushmaster est le plus grand mal, mais cette configuration est maladroite. C’est particulièrement vrai quand on le voit à travers les yeux de Theo Rossi’s Shades, qui semble toujours être coincé dans la position peu enviable de lieutenant ultra-compétent envers un patron de crime peu fiable. Le sourire arrogant et la fanfaronnade de Rossi égayent chaque scène dans laquelle il se trouve, et l’intrigue explorant la relation entre lui et son camarade détenu de Seagate Comanche (Thomas Q. Jones) est l’une des meilleures de la saison. Lorsque Comanche fait valoir que Shades devrait abandonner Mariah et prendre la couronne pour lui-même, il est difficile de ne pas être d’accord.

Luke Cage reste tout aussi élégant qu’il l’était dans la saison 1, avec Harlem’s Paradise servant de décor à des scènes de violence et d’intrigues rythmées par de longs intermèdes musicaux. Les écrivains continuent également de creuser profondément les problèmes de racisme, s’attaquant aux clivages qui existent au sein de la communauté noire américaine, et même au sein d’une même famille, en fonction des origines ethniques et du teint. Coker prend soin d’éviter de rendre tous ses personnages jamaïcains mauvais ou de les transformer en stéréotypes ethniques. Dans le même temps, les auteurs expliquent comment les crimes violents et la politique d’immigration anti-POC sont entrelacés dans la politique d’aujourd’hui.

En relation :  Automatisez les tâches fastidieuses sur Trello avec ce robot incroyable

La corruption de la police reste également un objectif majeur, avec Misty Knight de Simone Missick face aux retombées de la révélation que son partenaire était corrompu. La police est son propre genre de famille, et elle agonise sur la façon dont elle aurait pu manquer les signes, et si Rafael Scarfe (Frank Whaley) aurait pu avoir un point dans la saison 1 sur les limites du travail policier informel. Ces conflits aident à fournir de nouvelles nuances aux interactions de Luke avec le NYPD, fournissant une source de conflit continu en empêchant le héros de se retrouver trop à l’aise de chaque côté de la loi.

L’un des plus grands talents de Coker est d’empêcher ce matériau de se sentir trop lourd ou moralisateur. Comme tant de propriétés MCU, Luke Cage se mêle d’humour pour alléger le drame. Dans un épisode, Luke manque d’argent et accepte d’accueillir une fête pour l’avocat louche Piranha Jones (qui, heureusement, ne ressemble en rien à son homologue de bande dessinée mordant), ce qui se traduit par une série de scènes hilarantes et inconfortables. Mais lorsque les événements obligent Cage à passer de l’animateur au garde du corps, lui et Piranha finissent par partager un moment intime où Piranha parle de devenir riche malgré ses défis familiaux. Ce pivot ajoute de la complexité à un caractère initialement odieux et revient au thème central de la saison consistant à accepter les conflits familiaux d’une manière qui semble organique, mais est clairement le produit de l’ingénierie habile de Coker.

Le récit ciblé de Coker propulse la saison 2 de Luke Cage vers une conclusion audacieuse et satisfaisante. Bien qu’il y ait quelques erreurs en cours de route, la saison 2 ouvre la voie à un nouveau conflit passionnant, tout en évitant le cliffhanger bon marché de Daredevil saison 2. En laissant certains antagonistes survivre à la saison 1 et créer une présence continue, Coker a pu s’appuyer sur de solides fondations de personnage pour faire avancer la série d’une manière qui Jessica Jones la saison 2 n’a pas pu. Avec des saisons supplémentaires de Poing de fer, Jessica Jones, et Daredevil tous dans les œuvres, leurs créateurs devraient se tourner vers cette saison de Luke Cage pour un modèle sur la façon de maintenir la présence télévisuelle du MCU.

Saison 2 de Luke Cage sera disponible sur Netflix le 22 juin.

Moyens Staff
Moyens I/O Staff vous a motivé, donner des conseils sur la technologie, le développement personnel, le style de vie et des stratégies qui vous aider.