Facebook a banni de sa plateforme un énorme groupe vieux de deux jours. Le groupe Stop the Steal avait l’intention de contester les résultats de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Facebook s’attaque rapidement à la foule “Stop the Steal”

À peine deux jours après la création du groupe Facebook Stop the Steal, il a rassemblé plus de 300 000 membres. Le groupe a d’abord été formé par Amy Kremer, la fondatrice de Women for America First.

Stop the Steal a affirmé que les démocrates «volaient» l’élection du président Donald Trump. Pour lutter contre cette prétendue injustice, Stop the Steal a encouragé ses membres à participer à des manifestations, des rassemblements et des collectes de fonds pour reprendre l’élection.

Facebook a décidé de fermer Stop the Steal moins de deux jours après sa création. Dans une déclaration à Newsweek, un porte-parole de Facebook a expliqué la raison du retrait rapide, en disant:

Conformément aux mesures exceptionnelles que nous prenons pendant cette période de tension accrue, nous avons supprimé le groupe «Stop the Steal», qui créait des événements du monde réel. Le groupe était organisé autour de la délégitimation du processus électoral, et nous avons vu des appels à la violence inquiétants de la part de certains membres du groupe.

Facebook a promis de protéger l’intégrité des élections américaines de 2020. Il a déjà ajouté des étiquettes d’avertissement au message du président Trump faisant également allusion à une élection «volée». La plate-forme a même limité la visibilité des groupes politiques, ce qui n’a évidemment pas fonctionné pour Stop the Steal.

Le travail de Facebook n’est pas encore terminé

Les résultats des élections étant toujours en suspens, davantage de troubles civils et de désinformation électorale ne manqueront pas de faire surface. Cela signifie probablement que vous verrez plus d’étiquettes d’avertissement et de suppressions sur les médias sociaux dans les semaines à venir..