Le guide ultime des habitudes pare-balles

21 février، 2020 3:09

Table des matières
Partie I: Pourquoi les habitudes?
1.1 Jane était suicidaire
1.2 Le bord léger
Partie II: La boîte à outils des habitudes
2.1 Votre monde intérieur: les habitudes mentales
2.1.1 Gratitude
2.1.2 Visualisation
2.1.3 Mantras
21.4 Pensée d’opposition
2.2 Habitudes pour votre monde extérieur
2.2.1 L’habitude de planification
2.2.2 L’habitude physique
2.2.3 L’habitude d’apprentissage
2.2.4 Habitudes pour se rafraîchir
2.2.5 L’habitude anti-habitudes: le non-calendrier
2.2.6 N’oubliez pas d’abandonner les habitudes
2.2.7 La grande journée du fromage
2.2.8 Habitudes de réflexion
2.2.9 Section Bonus: habitudes financières
Partie III: Comment installer les habitudes
3.1 Comment démarrer
3.2 Mon modèle pour une vie exceptionnelle
3.3 Mots finaux
***
En trois mots, voici le secret pour vivre à un niveau de réussite au-delà de vos rêves les plus fous: faites votre lit.
La voie la plus directe et la plus épanouissante vers la grandeur ne passe pas par une grande stratégie, des manœuvres intelligentes, un talent inné ou les bonnes relations; c’est le chemin de petites étapes cohérentes et patientes répétées encore et encore.
Pas inspiré? C’est bon. À la fin de cette lecture, je prévois d’éliminer vos blocages mentaux pour faire les choses au jour le jour et allumer le feu des habitudes en vous.
Depuis 15 ans, j’ai étudié méthodiquement et avec intention les hommes et les femmes les plus performants, vivants et décédés, et voici le fil conducteur de leur réussite: ils ont toujours fait leurs lits, métaphoriquement parlant.
Bien sûr, la stratégie, le talent, les connexions et souvent la chance ont joué un rôle dans leur ascension stratosphérique, mais presque aucun de ces grands humains ne crédite ces choses de leur accomplissement – ils soulignent la beauté des micro-actions.
Votre corps est un sandwich au jambon…
Après avoir avalé une bouchée de nourriture, les acides gastriques et les enzymes cassent les matières premières en parties constitutives. Les intestins les écrasent davantage et les cellules spécialisées s’accrochent aux sucres, aux acides aminés et gras, aux vitamines et aux minéraux, puis les transmettent à la circulation sanguine.
Ces nutriments arrivent à chaque cellule de notre corps, où le glucose est utilisé comme énergie. Les molécules, les acides, les glucides et les protéines construisent la structure et le contenu des quelque 37,2 billions de cellules de votre corps. À quoi sert cette leçon de science extrêmement simplifiée? Nous sommes littéralement ce que nous mangeons. Votre corps physique est le brocoli. Ou une poche chaude.
… Et votre vie est votre millier de décisions quotidiennes.
«La façon dont nous passons nos journées est, bien sûr, la façon dont nous passons nos vies. Ce que nous faisons avec cette heure, et celle-là, c’est ce que nous faisons. » –Annie Dillard
Dans tous les sens qui comptent, cette analogie alimentaire est l’histoire de notre façon de vivre. La nourriture devient des cellules comme chaque action devient vos 80 ans sur cette planète. Ne faites pas votre lit pendant trop de jours d’affilée et votre vie ressemblera à votre corps après avoir mangé de la barbe à papa à chaque repas.
Négligez le lit et vous pourriez ne pas avoir envie de faire la vaisselle sale, de sauter le travail et de sauter la salle de gym. En peu de temps, l’effet boule de neige est devenu une flaque noire sale d’eau fondue tout au long de votre vie. Une mauvaise habitude mène à la suivante, et – suivez ce chemin trop loin – devient même une dépression invalidante.
D’un autre côté, faites votre lit le matin et vous avez accompli une chose. Cela vous motive à frapper 20 pompes. Ensuite, prendre une douche, préparer le petit déjeuner et faire des choses plus productives. Produisez et créez de manière cohérente et vous êtes presque assuré de créer une vie remarquable.
Qui vous a dit que c’était ennuyeux?
Dans ma vingtaine, je me suis donné comme mission de ne pas avoir de mission. J’ai regardé des gens qui répétaient les mêmes habitudes que ternes, sans vie, à la limite de la démence, même. Automates stupides. Je voulais vivre une aventure sauvage, spontanément, rester dehors et me lever quand je voulais. Ces gens qui vivaient la même vie tous les jours? Pas pour moi, merci beaucoup.
Vivre avec cet état d’esprit m’a finalement conduit à des émotions prévisibles: en colère contre mon échec, frustré parce que je ne savais pas quoi faire de ma vie, et cliniquement déprimé parce que je détruisais la chimie de mon cerveau avec “Spontané et amusant!” boire, des habitudes de sommeil irrégulières et un régime de sandwichs, de viande et de pommes de terre. Je me sentais moins comme Richard Branson et plus comme Bill Murray dans Groundhog Day.
Les habitudes exigent du travail et de la persévérance, alors quel est le résultat? Si je n’accomplis rien d’autre dans cet article, j’espère vous aider à voir clairement que les bonnes habitudes apportent une grande joie.
Partie I: Pourquoi les habitudes?
«Semez un acte, prenez une habitude. Semez une habitude, récoltez un personnage. Semez un personnage, récoltez un destin. » —Charles Reade
1.1 Jane était suicidaire
Après une commotion cérébrale qui n’a pas guéri correctement, Jane McGonigal a été suicidaire. «Mon cerveau a commencé à me dire, Jane, que tu veux mourir», a-t-elle déclaré dans son discours viral sur TED en 2012. Mais au lieu de succomber à ses sombres pensées, elle a transformé son rétablissement en un jeu: Jane the Concussion Slayer. Le jeu était simple: évitez les méchants (lumières vives et endroits bondés) et cherchez des power-ups.
Vous voulez essayer certains de ces power-ups? Levez-vous et faites trois pas. Ou, mettez vos mains en poings et soulevez-les au-dessus de votre tête pendant cinq secondes. Félicitations, vous venez de gagner +1 de résilience physique.
“Quelques jours seulement après avoir commencé à jouer, ce brouillard de dépression et d’anxiété a disparu”, a déclaré Jane.
Son jeu est maintenant une application appelée SuperBetter et il a aidé les gens du monde entier à surmonter les défis.
Qu’est-ce qui était en jeu ici? Seul le pouvoir impressionnant de faire votre lit; la puissance de petites habitudes simples répétées pour incliner votre monde sur son axe. Trois étapes peuvent ne pas sembler beaucoup, mais dans ces étapes, vous terminez un marathon, guérissez le cancer, mettez des humains sur Mars, construisez une pomme ou Google, et construisez la vie que vous voulez.
Ces décisions apparemment insignifiantes que vous prenez chaque jour? Ils contiennent une puissance infinie.
1.2 Le bord léger
«La différence entre qui vous êtes et qui vous voulez être, c’est ce que vous faites.» –Bill Phillips
Si vous en voyiez un, vous diriez que les fleurs roses et lavande de la jacinthe d’eau sont magnifiques. Originaire d’Amérique du Sud, c’est l’une des plantes à la croissance la plus rapide au monde. Il peut doubler de taille toutes les deux semaines en envoyant des pousses qui créent des plantes filles. Si vous en apercevez un seul flottant sur un étang, revenez dans deux semaines et vous remarquerez à peine une croissance. Quelques mois plus tard, la moitié de l’étang pourrait être couverte. Mais reviens le lendemain, et ces plantes couvriraient l’étang entier.
Les changements quotidiens semblent toujours modestes – jusqu’à ce que le temps passe et que ces habitudes apparemment insignifiantes deviennent des changements massifs dans votre vie.
Les habitudes fonctionnent comme des intérêts composés. À 20 ans, commencez à investir seulement 500 $ par mois à un taux de rendement prudent de 5%, et au moment où vous êtes prêt à prendre votre retraite à 60 ans, vous avez 769 868,50 $ à la banque (dont 529 000 $ d’intérêts accumulés).
L’auteur Jeff Olson a surnommé ce phénomène «The Slight Edge»: des choix banals, simples, apparemment insignifiants, qui, aggravés quotidiennement, mènent à tous les sommets de succès que vous osez imaginer.
Et si vous vous amélioriez seulement d’un dixième de 1% par jour pendant 365 jours? À la fin de cette année, vous vous seriez théoriquement amélioré de 44%! Comment pourriez-vous vous améliorer d’un dixième de pour cent chaque jour? Lisez un chapitre d’un livre brillant, faites 50 pompes ou… faites votre lit.
Chaque décision que vous prenez améliore ou diminue votre vie. Les gens qui réussissent choisissent des habitudes qui prennent automatiquement de bonnes décisions et en récoltent les fruits.
Partie II: La boîte à outils des habitudes
2.1 Votre monde intérieur: les habitudes mentales
“Changez vos pensées, changez votre vie.” – Dr Wayne Dyer
À présent, vous pouvez voir le pouvoir de l’habitude, mais lesquels vous aident à monter de niveau plus rapidement?
J’ai commencé à les expérimenter consciemment en 2005 avec une simple liste de tâches que je devais accomplir chaque mois au travail. Au cours des 14 années qui ont suivi, j’ai lu des centaines de livres sur le GSD (se faire faire), bien vivre, et j’ai expérimenté de nombreuses méthodes et même créé quelques-unes des miennes.
Je me suis transformé en ninja de la productivité, mais jusqu’à récemment, même avec tous mes outils et mon expérience, je me sentais limité par mon plus grand défi: moi.
Ce que j’ai appris, c’est que tous les outils et hacks de vie que vous appliquez à votre monde extérieur ne sont qu’à moitié aussi efficaces jusqu’à ce que vous travailliez sur votre propre état mental; votre état d’esprit.
L’habitude absolue n ° 1: faites attention à votre esprit
Il n’y a pas longtemps, il était normal pour moi de me réveiller et d’aller au gymnase, de revoir mes objectifs annuels les plus importants, de diviser les tâches de la journée en urgentes et importantes, d’éliminer les distractions et de me forcer à travailler.
Malgré ma bonne routine papier, je terminerais cinq Pomodoros et me sentirais complètement épuisé.
Dans ma tête, je ne pensais pas que mon entreprise pouvait réussir. Je ne pensais pas que j’étais «assez bon». Et je pensais qu’il était difficile de gagner de l’argent – que cela ne viendrait à moi que si je faisais de terribles sacrifices qui déshonoraient mon intégrité.
J’étais divisé contre moi-même, conduisant avec le frein à main. Je n’allais jamais arriver là où j’allais jusqu’à ce que je commence à travailler sur mon état interne. Voici les habitudes les plus importantes sur lesquelles vous devriez vous concentrer si vous voulez retirer le pied des freins de votre vie.
2.1.1 Gratitude
Cela avait l’air bizarre quand j’ai entendu Tony Robbins le dire pour la première fois.
“Vous ne pouvez pas ressentir la peur ou la colère tout en ressentant de la gratitude en même temps.”
Je ne contrôlais pas ma colère et ma peur à l’époque, et donc l’idée que je pouvais être libéré de ces chaînes en utilisant les coupe-boulons de gratitude était un concept étranger.
J’ai quand même essayé, et plus je pratiquais la gratitude, moins je ressentais d’émotions négatives. Aujourd’hui, je prends au moins cinq minutes par jour pour énumérer dans ma tête ce dont je suis reconnaissant, et ressentir cette émotion.
Je le fais après ma méditation, en comptant d’abord sur moi les qualités dont je suis reconnaissant: mon intégrité, mon sens de l’humour et mon corps sain. Ensuite, je rends grâce pour les gens de ma vie: ma femme, mon frère, mes nièces et neveux, mes clients écrivains chez So You Want to Write? Enfin, je termine avec les «choses» dont je suis reconnaissant: un bien locatif qui finance mes déplacements, ma voiture qui me prend de la place.
Tony Robbins avait à nouveau raison: plus je pratique régulièrement sentiment reconnaissant, moins je fais face aux freins à main de la colère, de la peur, de la frustration ou de la tristesse.
2.1.2 Visualisation
Après seulement cinq minutes de gratitude, je suis dans un état de haute énergie parfaitement heureux – la situation parfaite pour commencer à créer des images mentales dans mon esprit de ce que je veux dans ma vie.
Cela inclut non seulement des choses tangibles comme l’hébergement d’un atelier à guichets fermés ou l’achat d’un nouvel ordinateur portable, mais surtout la représentation des types de expériences Je veux avoir dans ma vie: rire avec ma femme, avoir de grandes conversations avec un groupe d’amis intéressant en vacances et regarder avec émerveillement le lever du soleil chaque matin.
J’ai trouvé la visualisation incroyablement difficile lorsque j’ai commencé à la pratiquer. J’avais laissé mon imagination s’atrophier – un état provoqué par un monde toujours connecté, hyper-stimulé. Commencez simplement et n’attendez pas trop au début, et je vous le promets, vous pourrez éventuellement créer des univers plus complexes dans votre esprit.
Pourquoi faire ceci?
Ce que vous voulez dans votre vie, vous devez d’abord le créer dans votre esprit.
2.1.3 Mantras
Je me souviens de mon moment décisif au début de 2018, quand j’ai enfin compris l’importance de prendre le contrôle de chaque pensée dans mon esprit (c’est-à-dire de choisir délibérément mon état d’esprit).
J’ai lu avec fascination dans Robin Sharma Le moine qui a vendu sa Ferrari l’idée que, “Vous ne pouvez vraiment pas vous permettre le luxe d’une pensée négative – pas même une.”
Les mantras sont l’antidote aux pensées inutiles.
“Un mantra n’est rien d’autre qu’une collection de mots enchaînés pour créer un effet positif”, écrit Sharma.
La deuxième moitié de ma percée est venue, de tous les endroits, du livre de Tony Robbins sur la liberté financière, Indéfectible. Dans l’un des derniers chapitres, il explique que l’argent ne vaut rien à moins qu’il ne vous aide à état intérieur et sentiments que vous désirez pour vous-même et pour les autres. “Vous pouvez choisir vivre dans un bel état », dit-il.
Et donc dans ma marche quotidienne pour aller au travail, j’ai commencé à réciter «Je choisis de vivre dans un bel état» encore et encore avec conviction, en sentant les mots. Au moment où je me suis mis au travail, je m’étais mis dans un état imbattable où, quoi qu’il arrive dans ma journée, je choisir vivre mon mantra.
Je rencontrerais l’impolitesse, la léthargie et la bureaucratie, mais cela n’avait pas d’importance parce que j’étais le maître de mon domaine interne.
2.1.4 Pensée d’opposition
Dans chaque vie, les obstacles ne manqueront pas. Les personnes les plus performantes piratent ces barrières, les brisent et les utilisent comme combustible pour le feu d’une vie flamboyante.
J’ai commencé à expérimenter une pratique incroyablement efficace: j’utilise les pensées et les émotions négatives comme carburant –indices (rappels) pour en générer des positifs. J’ai récemment appris que cela s’appelle la pensée d’opposition.
Aussi fou que cela puisse paraître, j’accueille maintenant ces visiteurs tant redoutés car ce sont des occasions de vivre de la joie. Plus je pratique, plus ce processus devient automatique.
Pouvez-vous imaginer le pouvoir que vous auriez si vous pouviez transformer vos faiblesses en forces? Imaginez que chaque fois que votre esprit vous dit: «Je ne peux pas», vous remplacez cela par «Je suis plus que capable de faire cela».
L’obstacle est le chemin.
2.2 Habitudes pour votre monde extérieur
“La grandeur, c’est beaucoup de petites choses bien faites.” – Ray Lewis
Une fois que vous avez mis votre esprit et votre cœur en ordre, vous commencerez à voir des résultats massifs d’habitudes qui élargissent et développent votre monde extérieur: votre corps, votre travail, vos affaires, vos relations et vos finances.
Voici une compilation des outils et stratégies les plus puissants que j’ai personnellement testés et que je peux approuver. Associez ces actions à un état mental fort et positif et vous construirez la vie la plus belle que vous puissiez imaginer.
2.2.1 L’habitude de planification
“Donnez-moi six heures pour abattre un arbre et je passerai les quatre premiers à affûter la hache.” -Abraham Lincoln
Les petits actes répétés régulièrement sont l’une des forces les plus puissantes du monde. C’est par cette méthode que les humains ont éradiqué la variole, construit la Grande Muraille et chassé les Britanniques de l’Inde.
La répétition est également le même mécanisme qui conduit à l’obésité, à l’alcoolisme et à la dépression. Il ne suffit pas de habitudes de pratique-savoir Pourquoi vous vous y engagez. Avant de vous lancer dans le voyage habituel, il est important de fixer votre destination avec un plan.
1. Planification annuelle
Dans le passé, j’utilisais le 1er janvier pour récupérer de la veille, mais maintenant je l’utilise comme le plus beau cadeau: une journée sans obligations ni interruptions pour décider de ce que je veux retirer de mon année. En fait, je bloque trois jours complets pour aiguiser ma hache. Mon plan annuel se décompose en cinq parties.

Revoir l’année précédente.

Quels étaient mes objectifs? Les ai-je atteints ou y ai-je progressé?
Qu’est-ce qui s’est bien passé? Qu’est-ce que j’aurais pu améliorer?
Comment puis-je ressentir à propos de l’année précédente? (Les sentiments sont votre boussole interne.)
Célébrez mes réalisations en énumérant chacune et chacune.

Prenez soin de l’entretien ménager.

Changer tous mes mots de passe.
Vérifiez mon pointage de crédit.
Lisez et passez en revue tous les Evernotes de l’année.
Désabonnez-vous des e-mails «bla» et des amis Facebook négatifs.

Décidez de ce que je veux accomplir cette année.

Fixez-vous des objectifs spécifiques. Sélectionnez mes objectifs et mes actions pour le premier trimestre et décidez du nombre d’heures par semaine que je vais consacrer à chacun.
Choisissez les habitudes que je veux adopter ou doublez.
Apprenez une nouvelle compétence. Cette année, je m’apprends à parler espagnol, pratique lorsque je vis au Mexique pendant six mois.
Imprimez mes objectifs annuels et trimestriels et collez-les sur le mur où je les vois tous les jours.

2. Planification trimestrielle
Le plan trimestriel est une version courte du plan annuel, dans lequel je plonge le 1er avril, juillet et octobre. Je me pose la plupart des mêmes questions que ci-dessus, mais mes délais sont de trois mois au lieu d’un an. J’imprime et poste ce nouveau plan donc je le vois quotidiennement.
3. Planification hebdomadaire
Chaque dimanche soir après le dîner, je m’assois pour faire deux choses:

J’examine le plan de la semaine dernière et demande: 1) Qu’est-ce qui s’est bien passé? 2) Qu’est-ce qui pourrait être amélioré? et 3) Comment je me sens par rapport à la semaine dernière?
Je fixe mes objectifs pour la semaine, j’évalue le temps que chacun prendra et je planifie ces tâches dans mon calendrier. (Spécifique, c’est bien!) Il est important de laisser du temps imprévu pour les surprises.

Dans l’esprit des plans annuels et trimestriels, le but de cet exercice est de décider exactement ce que je veux accomplir et de créer un plan pour m’aider à installer les habitudes pour atteindre mes objectifs. Vous ne pouvez pas toucher une cible que vous ne pouvez pas voir.
4. Planification quotidienne
Au cours des années passées, j’explorais encore plus en commençant ma journée avec une liste d’intentions et d’actions, puis en dressant une liste de réalisations au fur et à mesure. Au début de mon parcours d’habitude, cela a été utile, mais maintenant je peux simplement me référer à mon plan hebdomadaire au début de chaque journée pour fixer mes repères.
2.2.2 L’habitude physique
Le corps est une machine complexe, mais des instructions sont librement disponibles pour en créer une qui vous sert bien comme véhicule pour vous transporter à travers la vie. Fondamentalement: bien manger et faire de l’exercice.
Si vous ne prenez pas de temps pour cela maintenant, vous serez obligé plus tard de passer beaucoup de temps à éteindre un grand feu. Ou mourir 20 ans trop tôt.
Déplacez votre corps dès votre réveil. Le cortisol est la principale hormone de stress du corps et sa fonction est de nous réveiller et de nous donner de l’énergie. (Merci, cortisol!) C’est aussi ce qui est utilisé dans nos réponses de vol / combat / gel. C’est ce qui nous fait peur et est aussi stressé qu’une corde de piano. (Vous êtes hors de ma liste d’amis, cortisol.)
Le cortisol est le plus élevé le matin et bien qu’il serve à un but utile, une surabondance conduit à l’anxiété et à la dépression et bloque votre génie, vous empêchant de faire votre meilleur travail.
Même lumière l’exercice peut considérablement réduire les niveaux de cortisol et éclaircir votre esprit pour une journée concentrée et productive. Tim Ferriss commence souvent le sien avec seulement cinq à 10 répétitions de pompes, par exemple.
“Entrer dans mon corps, même pendant 30 secondes, a un effet dramatique sur mon humeur et apaise le bavardage mental.”
Si vous voulez plus d’excitation, Le Club 5 AM, Robin Sharma suggère 20 minutes d’exercice assez pénibles pour vous faire transpirer, afin de réduire le cortisol et de libérer le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (qui augmente l’intelligence, l’humeur, la productivité et la mémoire), la dopamine (qui augmente votre entraînement) et la sérotonine (qui génère du bonheur).
Je suis devenu hyper conscient de l’importance d’un exercice même minimal dès le matin – les jours où j’en fais, mon humeur est de deux à 10 fois meilleure que les jours où je l’évite.
2.2.3 L’habitude d’apprentissage
“Une personne qui ne lit pas n’a aucun avantage sur une personne qui ne sait pas lire.” – Anonyme
1. Lecture
Bill Gates lit 50 livres par an. Elon Musk lisait 10 heures par jour en grandissant. Presque tous les meilleurs interprètes interviewés par Tim Ferriss dans Outils de Titans est un lecteur vorace. Ce n’est pas une coïncidence!
Les gens formidables ne commencent pas à lire lorsqu’ils réussissent, leur richesse offrant tout ce nouveau temps libre. Leur grandeur est née car de leur habitude d’apprendre à travers des livres.
Pourtant, 24% des adultes américains interrogés ont déclaré n’avoir lu aucun livre au cours des 12 derniers mois. Quelle est la différence entre savoir lire et choisir de ne pas lire et être analphabète? Rien.
La lecture peut s’intégrer à n’importe quel horaire. L’année dernière, j’ai écouté des livres audio sur mon trajet de 45 minutes et j’ai câliné un livre pendant 20 minutes avant de dormir – c’est tout. J’ai terminé 25 livres l’année dernière, et vous aussi. Dirigez-vous vers Goodreads maintenant et inscrivez-vous pour leur défi de lecture.
2. Écoute
Tous vos livres fantastiques d’apprentissage, articles en ligne, vidéos YouTube riches en informations et participation à des séminaires ne serviront à rien à moins que vous ne puissiez entendre ce qui se dit. À quelle fréquence rencontrez-vous quelqu’un qui sait tout mais ne l’applique pas? Ou qui sait tout mais se trompe complètement sur tout cela?
Vous pouvez les entendre dire: «Je ne peux pas perdre du poids, c’est ma génétique» ou «la meilleure façon d’économiser est de ranger 10% de votre chèque de paie chaque mois», mais qui connaissez-vous qui dépense chaque centime? Un jour, un chauffeur de taxi à Las Vegas m’a expliqué, dans les moindres détails, à quel point il était facile de battre les casinos et de gagner des millions. Je n’ai pas ressenti le besoin de lui faire remarquer qu’il conduisait encore un taxi.
Mon entreprise a commencé à décoller quand j’ai appris que, pour avoir un espoir de réussir le marketing dans notre monde bruyant, je devais d’abord Ecoutez à mes clients. Le succès vient de la construction des produits qu’ils veulent, pas de commencer par un produit, puis de «faire passer le mot».
Écoutez d’abord, puis vous saurez quoi faire.
2.2.4 Habitudes pour se rafraîchir
Et maintenant, un récit édifiant. Parfois, j’apprends lentement. Pendant de nombreuses années, mon objectif principal était d’améliorer mon efficacité, comme le réglage d’une machine, afin de presser des jus de productivité plus savoureux. J’ai étudié des outils et des méthodes qui me permettraient de m’entasser davantage dans ma journée. Je me suis poussé fort et j’ai même augmenté ma volonté.
Voici ce qui s’est généralement passé: un lundi, je me levais tôt et me jetais dans mon travail. Je ne ferais une courte pause déjeuner que lorsque j’aurais senti que je l’avais mérité et que je continuerais à marteler jusqu’au dîner. Après avoir «relaxé» avec une horrible télé, je ne terminerais jamais vraiment ma journée de travail. Je dérivais dans et hors des tâches, répondant à un e-mail de plus, lisant un article de plus, n’étant pas entièrement présent à aucune tâche et ne me relaxant pas. Je n’ai jamais fait de pause dans mon esprit.
Je pousserais comme ça pendant des semaines avant l’accident inévitable, mon esprit et mon corps se rebellant. Je déciderais de dormir quelques heures supplémentaires, de faire une sieste procrasti ou de commencer à jouer vers 14 heures. et je ne suis conscient de ce que je faisais que six heures plus tard. Je contractais un rhume et je devais ensuite prendre quelques jours pour récupérer (ce que j’aimais secrètement, car à l’époque c’était la seule excuse légitime que je devais éteindre).
Ce que je ne savais pas, c’est que les habitudes sont censées être utilisées avec modération et non abusées, comme un moteur tournant trop longtemps sur la ligne rouge.
Vous pouvez découvrir à quel point l’activité non-stop est contre-productive lorsque vous conduisez et refusez de vous arrêter pour faire le plein. Voici quelques habitudes pour vous permettre de courir avec une efficacité maximale.
1. Sortez de la Burn Box.
Un schéma simple du livre de Neil Pasricha, L’équation du bonheur, m’a guéri de l’affliction de l’agitation:
Il a expliqué que nous pouvons opérer dans quatre états de base qui incluent un mélange de «penser» haut / bas et de «faire» haut / bas.
L’endroit le plus merveilleux et le plus terrible est le Burn Box, qui se caractérise à la fois par la réflexion et l’action. C’est l’état d’être le plus prisé dans notre société dysfonctionnelle où nous portons l’hyperactivité comme un signe de courage, et l’oisiveté est un péché mortel.
Les gens qui adhèrent à ce battage médiatique «font plus» finiront leur vie profondément déçus d’avoir négligé leur famille et leurs amis, sans parler de cette petite mais puissante voix intérieure qui leur dit qu’ils n’ont jamais vraiment voulu gravir les échelons de l’entreprise. Essai de Tim Kreider Paresseux: un manifeste capture sublimement cette maladie et je suis jaloux de ne pas l’avoir écrit.
Ceux qui passent trop de temps dans la Burn Box se retrouvent de manière prévisible dans la brûlureen dehors. Jusqu’à ce que je voie ce schéma, je me brûlais une fois par trimestre, seulement pour entrer à nouveau dans l’arène, les canons flamboyant, quand je pouvais enfin me relever.
Neil m’a montré comment les personnes les plus performantes se déplacent facilement et fréquemment entre toutes les cases. Maintenant, je visite la Do Box en faisant une randonnée de trois jours en solo dans les bois. Et je chéris mon temps dans la Space Box en m’inscrivant pour une semaine dans un complexe tout compris sans programme, à l’exception des punchs au rhum et une excellente littérature.
Comment savez-vous quand il est temps de quitter votre boîte? Écoutez votre corps et votre esprit, et avec la pratique, les signes deviendront plus clairs.
2. Prenez souvent des vacances.
Vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas prendre de longues vacances. Cette fois hors de la Burn Box servira à affûter vos outils les plus précieux: votre esprit et votre esprit. Les scientifiques me l’ont dit.
Les loisirs sont un indicateur du bien-être et de la satisfaction à l’égard de la vie, y compris votre santé, votre plaisir de travailler, votre créativité et même votre satisfaction conjugale.
Des études montrent que les personnes qui prennent plus de vacances bénéficient d’augmentations et de promotions.
Oh, vous ne recevez que deux semaines de vacances par an? Négociez quatre, six ou huit! Exigez-le! Vous obtenez dans la vie ce que vous avez le courage de demander.
Brisons le mythe selon lequel les vacances nuisent à la productivité – l’inverse est vrai. Neuf des 10 pays les plus productifs se trouvent en Europe, où quatre semaines de vacances payées sont le minimum à tous les niveaux. Dans certains endroits, six, huit ou 12 semaines de vacances ne sont pas inhabituelles. Les États-Unis ont le plus faible nombre de congés payés de ces 10 pays et se classent au 6e rang en termes de productivité (triste visage).
Vous avez ma permission de partager cet article avec votre patron. Demandez également une augmentation pendant que vous êtes dans son bureau.
Vous ne pouvez pas vous permettre de prendre des vacances? Économisez seulement 50 $ par semaine et vous aurez 2 600 $ à dépenser. Cela peut acheter de nombreux réservoirs de gaz et des nuits dans un Airbnb calme à l’océan ou à la montagne.
Pas d’excuses: Décider que vous taillerez ce temps précieux. Vous le méritez.
3. Faites des pauses fréquentes pour des performances optimales.
À quelle fréquence vous bloquez-vous sur un problème? Pour moi, tous les jours. Lorsque cela se produit: STOP! Si vous tentez de passer au travers, vous augmenterez votre frustration et anéantirez votre enthousiasme pour la tâche.
Lorsque vous faites face à un «blocage», votre cortex préfrontal est surmené. C’est la partie de votre cerveau responsable de la concentration, de la pensée logique et de la volonté. Une pause ici ne signifie PAS passer à une autre corvée diaboliquement intimidante. Les bonnes options sont:

Faire une promenade. Beethoven et beaucoup de ses contemporains de génie ont préféré celui-ci. C’est aussi le mien. Même cinq minutes autour du bâtiment peuvent vous fournir un rafraîchissement puissant.

Jouez d’un instrument de musique pour quelques mesures. La pause préférée d’Einstein était le violon. Je laisse ma guitare près de la porte-fenêtre car j’ai envie d’ennuyer les voisins.

Changez votre environnement. De nouvelles vues stimulent les solutions créatives.

Faites une sieste. Pro-tip: vous pouvez boire une tasse de café avant de vous coucher avec un réveil de 15 minutes. Vous vous réveillerez les yeux écarquillés.

Méditez, rêvez ou faites exploser votre chanson préférée.

Oh, et les pauses qui impliquent mouvement réduisez votre risque de maladie cardiaque, de diabète, de dépression et d’obésité. Agiter une jambe.
Mes méthodes préférées pour automatiser les pauses:

La méthode Pomodoro est connue sur Internet depuis 10 ans pour une bonne raison: elle vous tient au frais. Fonctionnement: réglez une minuterie sur 25 minutes, travaillez sur une seule tâche sans distraction, puis levez-vous et faites une pause de cinq minutes. Répéter.

La méthode 60-10: Extrait du livre faisant autorité de Robin Sharma sur la vie d’une vie exceptionnelle, Le Club 5 AM, cela implique d’osciller entre 60 minutes de travail et 10 minutes de farniente. Essayez ceci si vous trouvez que les sessions de Pomodoro interrompent trop fréquemment votre flux.

2.2.5 L’habitude anti-habitudes: le non-calendrier
«Ceux qui travaillent beaucoup ne travaillent pas dur.» – Henry David Thoreau
Et si je vous disais que pendant les 40 prochaines années, vous pourriez travailler sur des projets difficiles sans voir votre famille ou vos amis, ne pas pratiquer d’activité physique ou de jeu, et pas de temps de relaxation? Seriez-vous enthousiasmé par la vie? (Tue moi maintenant.)
Pour les personnes sensées, la réponse est non, mais ces mêmes personnes font une chose décidément non sensée en emballant leurs horaires quotidiens et hebdomadaires pleins de ces tâches difficiles et sans joie, sans prendre de temps pour les loisirs. Ils font exactement ce qui précède sans s’en rendre compte!
Neil Fiore, dans ses recherches sur les facteurs de productivité inhabituels, a découvert que la meilleure façon de vaincre la procrastination est de renverser votre horaire en planifiant d’abord vos tâches amusantes: exercice, socialisation, jeu, temps d’arrêt. Hein? Oui cela fonctionne! Je ne saute pas ma natation de l’après-midi.
En se concentrant sur la création d’espace à travers cette «imprévue», une force puissante prend effet: vous vous garantissez que la vie ne sera pas un frein et débloquera un nouvel enthousiasme pour votre travail. De plus, en voyant combien de votre carte de danse quotidienne est déjà allouée à d’autres partenaires, vous voyez à quel point chaque bloc de travail est précieux et chacun devient plus productif.
Utilisez cet anti-habitude pour augmenter l’efficacité du reste de vos habitudes.
2.2.6 N’oubliez pas d’abandonner les habitudes
Au cours des six dernières semaines, vous vous êtes levé tôt, allez au gymnase, mangez bien et respectez votre horaire de travail. Tapotez-vous dans le dos. Mais vous avez également la suspicion furtive que vous êtes pris dans une boucle temporelle, peut-être par un trou noir errant traversant le système solaire, et que vous perdez votre motivation. Chaque heure investie semble un peu plus «excitante».
À ce stade, il est temps de vous surprendre, il est temps de renoncer à vos habitudes! Les culturistes le font avec des suppléments car trop de bonnes choses mènent à la «roid rage.
Cela ne signifie pas nécessairement des vacances. Vous n’avez pas besoin d’arrêter de travailler; cela signifie seulement que cela pourrait être une bonne occasion de mettre vos «listes de choses à faire» dans un tiroir pour un après-midi ou une semaine.
Au lieu de planifier vos semaines et de vous en tenir à un régime, laissez votre cœur guider votre activité pendant un certain temps. Vous n’avez pas envie de faire de l’exercice aujourd’hui? Non. Envie d’essayer ce nouveau café que vous avez passé un million de fois? Entrez et flirtez avec le barista.
Nous ne sommes pas des robots, pas des ordinateurs. Les humains ont besoin de variété et de nouveaux intrants pour s’épanouir.
2.2.7 La grande journée du fromage
Mes épisodes préférés de L’aile ouest voit les personnages se plaindre d’une journée annuelle au cours de laquelle le personnel de la Maison Blanche est obligé de prendre des réunions avec des groupes qui n’auraient normalement pas l’heure de la journée.
Apparemment, cette tradition de la vie réelle a commencé avec le président Andrew Jackson lorsque, pour se débarrasser d’un bloc de fromage puant de 2 tonnes offert à la Maison Blanche par un fermier farceur, il a ouvert ses portes au public pour le public avec un et tout. (“J’entends ce que vous dites. Au fait, avez-vous essayé le fromage?”)
Vous pouvez éliminer la puanteur proverbiale du fromage de votre propre vie en prenant une journée ici et là (je recommande un jour par mois) pour prêter attention aux intérêts et aux activités qui ne méritent normalement pas votre attention.
Peut-être que vous vouliez réparer la porte de garage Dang depuis six mois. Peut-être que vous avez parlé d’obtenir votre citoyenneté européenne pour pouvoir vivre en Pologne pendant un an.
Je me suis mariée il y a quatre mois et je n’ai toujours pas partagé une seule photo de mariage avec ma famille et mes amis, vous pouvez donc imaginer ce que je pourrais faire lors de mon prochain gros bloc de fromage. (Mise à jour: c’est fait. Du fromage pour la victoire!)
C’est un tel soulagement de pouvoir enfin s’occuper des choses qui languissent sur votre liste et votre esprit depuis des éons. Jetez vos habitudes de temps en temps, vous ole stickler.
2.2.8 Habitudes de réflexion
«Platon dit que la vie non examinée ne vaut pas la peine d’être vécue. Mais que se passe-t-il si la vie examinée se révèle également être une bêtise? » – Kurt Vonnegut
“Je ne peux pas croire qu’avril soit terminé, n’est-ce pas que je me suis fait piquer sur les poissons d’avril?”
“Je travaille comme un chien, mais pas plus loin dans ma carrière qu’il y a un an.”
“Il est déjà temps de renouveler mon permis de conduire?!?”
Nous chantons ces refrains lorsque nous négligeons de réfléchir à tout ce que nous faisons. Nous n’avons pas l’impression d’avoir une vie bien remplie lorsque nous nous précipitons constamment d’une tâche / jour / mois à l’autre. Souris, rencontre roue.
This is why I make reflection the first part of my planning habits (see above), but here are some additional highly effective reflection habits.
1. Journaling
Writing is the most generous practice that I know. Five minutes can generate worlds of progress in your life. In the process of moving thoughts from our brain to the page, we force ourselves to take stock of the activities and moments that make up our lives.
Blindly charging from one moment to the next without a pause will have you waking up one day in hospice with teary-eyed family at your bedside, and you wondering, Why didn’t I stop to ponder once in a while?
2. Morning Pages
In 2015, I read the brilliant le Artist’s Way by Julia Cameron and learned how millions of people have benefited from her Morning Pages practice.
I then spent two years, five mornings a week, journaling three pages a day for 30 minutes with pen and paper. I wrote about my experience and its benefits, but here’s the short version: Writing each morning clears your mind of heavy thoughts and spikes your creativity. It helps you process challenges and generate solutions. And it has proven benefits for your mood, immune system and bank account.
3. The Five Minute Journal and Other Variations
If you just can’t find 30 minutes each day to write, then you can surely find five. Tim Ferriss uses The Five Minute Journal (5MJ), which asks you to write answers to five simple prompts.
In the morning:

What am I grateful for?
What would make today great?
Affirmations: I am… (fill in the blanks: a money magnet, a stud with the ladies).

And in the evening:

List three amazing things that happened today.
List three things that would have made today better.

Hmm, who else had a practice like this? Oh right—hundreds of history’s most notable icons, including Marcus Aurelius, Marie Curie and Thomas Edison.
On instinct, I’ve recently returned to my morning pages, but I’ve also started using a type of 5MJ, The Daily Stoic Journal, where each day is a unique prompt to reflect on Stoic themes—which, by the way, is a philosophy that is primarily concerned with practical ways to live your best life. (Not unlike this article, wink, wink.)
2.2.9 Bonus Section: Money Habits
“Whatever may be said in praise of poverty, the fact remains that it is not possible to live a really complete or successful life unless one is rich.” –Wallace Wattles
Oh no he didn’t… did Wattles just say that?!
Jen Sincero brought this little gem to my attention, and, like me, she struggled for a while to understand how it wasn’t utter nonsense.
It seems like an offensive sentiment, particularly in the face of widely accepted money greatest hits like, “money can’t buy happiness” and “rich people suck.”
But let’s take the scalpel to this quote and cut away the fat of our loaded beliefs, and just deal with the meat of the statement.
Can you be blissfully happy without a penny? Sure. There are plenty of yogis on the Ganges proving it’s possible. Are they living up to their highest potential of what they could share with the world? I’d say, certainly not, and for them that’s perfectly enough—no judgment.
However, I’m betting that if you’re reading SUCCÈS magazine, you’re in search of a life lived closer to the sun. I’m not talking about buying a cool car or parading around your Instagrammable vacations—if these are your goals, you may want to evolve, man.
All I’m arguing is that it’s fair to say that the person who has their financial needs met will be able to avoid the anxiety that comes with being unable to pay bills. And the man or woman living beyond financial security and into abundance? Well that person will by definition be able to give more to the world and invest more time and money in her mental, physical and spiritual growth.
I am by no means a money expert and I have only begun to work methodically to bring abundance into my life, but here are a few simple habits you can put into effect now that will provide massive dividends (figuratively and literally).
1. Crush your debt with the 70-20-10 rule.
Implementing systems (aka habits) are mandatory if you want to grow your money.
Dans The Richest Man in Babylon, I learned about the simple 70-20-10 formula that I used to completely repay my $12,000 line of credit in one year. (Side note: would not recommend building a business with a line of credit. Ouch.) It’s simple, but it works.

70: Live on 70% of your income.

20: Out of every dollar you earn, 20 cents of that goes to your creditors right away, no excuses. If you’re on biweekly paydays, set up an automatic transfer.

10: Tightening your belt + working hard to pay off your debts and then ne pas get ahead personally is less than inspiring. 10% of your income goes to your savings, so that at the end of this vous have something to show for it, and are getting in the habit of saving AT MINIMUM 10% of every dollar you earn for the rest of your life.

2. Pay yourself first.
Fun fact: The phrase “pay yourself first” is often attributed to “Rich Dad” Robert Kiyosaki but actually comes from The Richest Man in Babylon.
Get into the habit of seeing yourself as your most important bill. Phone, car, electric and gas bill all due this week? That’s fine, as long as you are putting 10% of your income into savings FIRST.
Does that seem irresponsible to you? “I always pay my bills on time!” you protest. Yes, and that mentality is part of why the vast majority of us are living pay check to pay check. If you want to make an omelette, you’ve gotta have a nest egg.
It’s only by paying yourself first that you can build a critical mass of cash that you can then use to begin investing in assets like a roller rink or some index funds that will throw off the wealth you need to live the life you want.
I have my bank account set up to transfer a fixed amount every two weeks to my investment account, even though my income fluctuates monthly. I see paying myself first like just another monthly expense—only this one is the most important.
Don’t have an investment account? I use Questrade because it’s super easy and the fees are negligible. I can’t believe I was so afraid to get started. Start now.
3. Asset allocation.
Get in the habit of diversifying your investments, automatically. Asset allocation is a fancy term for dividing up your investments in different places.
Mine is simple, and I copied it from Ray Dalio, founder of one of the largest hedge funds. Last I checked, he’s entrusted with managing $160 billion of other people’s money. Here is Ray’s suggested allocation for the average person:

30% to stocks
15% to 7-10 year bonds
40% to 20-25 year bonds
And 7.5% each to gold and commodities

Si simple. You can learn more about this strategy from Tony Robbins’ epic, Money: Master the Game, but if the world’s 79th richest person endorses it, I’ll bite.
4. Review your expenses monthly and set a budget.
This habit is less important than paying yourself first and automating your investments in your chosen allocation, but I find it helpful for understanding my spending patterns and learning where I can tweak them.
In practice, this means sitting down at a spreadsheet on the 1st of each month to ask: Where did I overspend? Where did I underspend? Is this a structural problem or a one-time, worthwhile expense? Where can I cut?
It forces you to bring your often-unconscious money habits into the light for a hard evaluation.
For example, last year I saw my monthly coffee shop habit had burgeoned to $200 a month, which was idiotic on my salary. By seeing this, I decided to start bringing coffee from home. Monitoring my cash flow was also how I convinced my wife that we’re not really spending that much on Uber after all, so let’s just please not take the bus home after a night out?
You’re not so handy with a spreadsheet? That’s alright—there’s a website, Mint.com, that will link to your bank accounts and tell you exactly what’s going on with your dollar bills.
Part III: How to Install Habits
“Knowledge is not power…it’s potential power. Execution will trump knowledge any day.” –Tony Robbins
In Part II, I shared the most powerful habits I know to create the life you want. But you will not be able to adopt these overnight, I assure you.
I’ve been learning, practicing and testing hundreds of habits and techniques in a methodical, intentional way for 15 years.
Your journey will be one of thousands of small steps, repeated daily, refined and constantly improved. The Apollo rocket that took the first astronauts to the moon was off course for something like 97% of the time. Constant adjustment and forward motion got them there and back.
At the start, it will feel like nothing is changing, and that’s normal. The beginning is always the hardest part of any undertaking. The only risk you face at this point is becoming discouraged and quitting. Wanting to quit is common, an urge that you have to put out of your mind if you want to see results. Those will appear before too long if you are determined and consistent, I guarantee it.
3.1 How to Start
Choose only one habit from this list and decide to practice it for 66 days in a row—this is the average length of time it takes to permanently lock in a habit. (You can give yourself the weekends off if you want. I’ve developed many habits this way… but extend your timelines accordingly.)
Give a great deal of thought to the reason you want to change. Ask your heart. If you want to develop more calm in your life, pick meditation. If you’d like to improve your self-image, come up with a suitable mantra and repeat it 100 times a day. Or if you’d like to stop feeling lethargic when you wake up every morning, drop and do 20 push-ups as soon as you leave bed.
Laser-like focus is required. It’s important not to bite off too many new habits at once, especially if they are radical for you. Overwhelm can threaten your progress on all fronts.
The rate at which you can install new habits will vary depending on your experience, willpower and your reasons for practicing. To give you an arbitrary schedule, you might try practicing just one new habit each month, stacking them on top of one another. If you find that this is too much of a challenge, drop down to one new habit every two months. Or if you’re finding this too easy, try starting one new habit per week.
I promise that some habits you’ll love and take to easily. Others will feel like drudgery from Day One and you’ll ghost on them; this is fine. Tony Robbins swears by his priming routine, but I tried it for a few months and found no benefit, so I purged it from my routine. Take what works and leave the rest.
Other habits you will use for a time and then outgrow them. For months, I would walk my neighborhood for an hour before sunrise, thinking, practicing mantras and listening to audiobooks. It served me well for a while until it didn’t anymore. Use your judgment.
3.2 My Template for an Exceptional Life
I’d like to show you one version of what it looks like to put all of this information together, but I’ll stress again that each person is unique. You will want to test and retest various habits and develop a template that works for vous. Here’s a snapshot of my life right now, and I’ve never been happier!

Jan. 1-3: I clear my calendar to work on my yearly plan and set my first quarter goals (see above).

Jan. 4: Armed with my macro plan, I drop down to ground level and plan the first week of my year.

Weekday early mornings:

Automatically, now, I wake up at 6 a.m. (A five-year overnight success!)
Three days of the week, by 6:15, I’m either on my bike for a 15-minute ride to the beach or jogging there. As the sun comes up, I lift weights and do bodyweight exercises. Usually, I’ll have a quick dip in the ocean.
On the other two days of the week, I’m still up at 6 a.m. but head up to my patio to do 10-50 push-ups and air squats, or I’ll go for a quick walk.
After exercise, I’ll sit down to meditate for 10-20 minutes. At the tail end of this session, I’m giving thanks for everything I have and visualizing the things I want to accomplish in my day and life.
By this time, COFFEE! I’ll crack open my journal and write three or four pages on whatever comes to mind, but most often I’m reflecting, working out challenges and planning. I put a star next to any great ideas or to-do items.
Lately, once my journaling is done, I’ve been reading a few chapters of Tim Ferriss’ Tools of Titans and making notes (pure “red meat” info here, no fat). By 9 a.m., I’m making a healthy breakfast and listening to an audiobook, and I’ve already won the day. Anything I do after this is gravy.

Weekday late mornings:

Now it’s time to work. Normally this means working on an article like this one for an hour or two. I look to my weekly schedule (that I’ve crafted on Sunday night) to tell me what I’m doing, cutting down on decision fatigue.
Depending on how I feel, I’ll start my Pomodoro timer, which forces me to take a five-minute break every 30 minutes. This keeps me fresh and energized. Sitting for too long is worse than smoking.
Only around 11 a.m. will I let myself peek at my email or phone. These two things are focus-killers, although necessary evils.
At 12:30 p.m., I have a short lunch and get back to my audiobook, put on an inspirational YouTube video, or finish a Duolingo lesson or two.

Weekday afternoons:

I’m working on my business, So You Want to Write?, picking the one or two highest value tasks and I single-focus on those. I hide my phone and do not check email.
Quitting time is anywhere from 4-7 p.m. depending on my enthusiasm meter. More often than not, I’ll jump in the pool to get refreshed.

Weekday evenings:

After I clock out, I’m (usually) very careful about not working for the rest of the night. There’s a danger in being “on” all the time, and from past experience, never letting yourself switch out of work mode can quickly kill your love for the work and make you an incredibly dull and/or prickly human being.

10 p.m.:

Sunday through Thursday night, my bedtime alarm goes off at 10 p.m. I quit whatever I’m doing, no exceptions, and move toward bed. The easiest way to wake up consistently is to go to bed at the same time.
A regular sleep schedule is critical, I’ve found, for maintaining a good mood. Nothing makes you depressed faster than erratic sleep patterns. I’ll think, assessing and giving thanks for my day, then read a great book for 15-30 minutes until I fall asleep.

Weekends:

For my wife and me, weekends are for adventure. I sleep in to 7 or 8 a.m. I rarely work. We might jump in the car and head out of town, or to the beach, brunch with friends, or into town. Maybe I’ll just play six hours of computer games.
I used to work on the weekends but found that the quality of my output suffered and my anxiety spiked. Life is short; don’t buy into the entrepreneur’s myth that you have to work weekends. You work hard to live, not the other way around.

Sunday night, circa 8 p.m.:

I love to get a head start on my week, so I review last week’s to-do list and I write out: what went well, what could improve, and how do I feel about the week?
Then I create my to-do list for the coming week, and I’m able to hit the ground at light speed on Monday morning. I sleep soundly because I know I’ve done the work of worrying about my priorities, challenges, obligations, etc.

April, July and Oct. 1st:

I spend each of these days doing a mini-yearly review, where I look back at my progress over the last three months and set goals for the next three. I have way too much fun with this process.

Once a month:

Usually on a day where I’m just sick of routines, I will throw all of my habits out the window and be spontaneous. Sometimes this means watching TV all day, sometimes it’s a big block of cheese day (see above), and sometimes I just get out of the house and explore the town with no agenda. You have sick days, right? Don’t feel guilty taking one for mental health.
For about a week every month, I’m working around 50% of max effort. I don’t know why, but despite how I’ve tried, I just can’t seem to sustain maximum output. I’ve made peace with it, reminding myself that I’m not a robot and that rhythms exist everywhere in nature. When I stopped hand wringing over this, life got easier.

3.3 Final Words
“We are a way for the cosmos to know itself.” –Carl Sagan
A robot will always beat you at habits. They don’t get tired, or bored, and they don’t need a reason or willpower to act.
You are not a robot, and this is your greatest strength. Humans have (as far as we know) an unparalleled capacity in the universe for adventure, bravery, curiosity, joy, love, humor, subtlety, art, cuisine, satisfaction, self-improvement, geocaching, literature, extreme sports, Pokémon and daydreaming.
Let this massive competitive advantage of our species inform your priorities. Let your driving force be a desire to experience the fullest life imaginable. If there is a higher power experiencing the cosmos through us, it really wants us to have a fantastic time in these bodies.
Habits are not the dry, lifeless fossils they’re made out to be by an impatient, short attention span, get-rich-quick, life hack world. In the same way that what we eat literally creates our bodies, what we do each day, in each moment, creates our lives.
Choose negative habits and they will lead you to dark places; follow the positive path and you will begin to walk among the heights of joy, abundance and achievement. (From experience, I am not exaggerating). Still, never forget the cardinal rule of habits:
The Cardinal Rule of Habits: Habits must serve you, not the other way around.
Practice habits, but do not stack them brick on brick, so tight that the light of spontaneity and wonder can’t reach you. Make space for space; leave some blank holes in your calendar.
Buddhists teach of the middle way, a road between two extremes, which can be practiced in any pursuit. The Tao, essentially, teaches this same ideal. Put another way,
You’ve got to know when to hold ’em.Know when to fold ’em.Know when to walk away.And know when to run.
Thanks, Kenny Rogers.
In habits, follow the middle way: Use them to work efficiently, grow and achieve. But know when to temporarily set aside these toys to enjoy those human experiences that have nothing to do with success and accomplishment.
I’ve given you the best of my best tools and tactics gained from 15 years of studying the greatest achievers and applying their wisdom, and experimenting with hundreds of methods. I’ve shown you what’s possible, stocked your toolkit and shared a template that works for me.
Now it’s time for practice. Start by making your bed.

Leave a Comment