Que sont les applications «Freemium» et comment fonctionnent-elles?

De nombreuses applications que nous utilisons suivent un modèle commercial «freemium». La combinaison des mots «gratuit» et «premium» signifie que vous pouvez télécharger ces applications gratuitement, mais vous devez payer pour obtenir les fonctionnalités premium. Voici pourquoi de nombreux développeurs utilisent cette approche pour monétiser leurs logiciels.

Les applications Freemium ne sont pas nouvelles

Le logiciel Freemium est une forme de monétisation qui retient certaines fonctionnalités derrière un paywall, qu’il s’agisse d’un abonnement ou d’un paiement unique. Bien que l’utilisation de ce terme ne se soit généralisée que récemment, ce modèle commercial comme moyen de monétiser les biens numériques existe depuis longtemps.

Adobe Photoshop CS3.

La pratique de facturer des fonctionnalités supplémentaires peut être attribuée à l’essor du shareware et de ses variations. Par exemple, les applications d’essai, telles que les anciennes versions d’Adobe Photoshop ou Internet Download Manager, ne fonctionnaient que pendant 30 jours sans licence payante.

Il y avait aussi des applications crippleware, qui limitaient considérablement ce que vous pouviez faire si vous ne payiez pas. Les outils de montage vidéo bloquaient souvent des ensembles d’outils entiers, imposaient des limites de temps ou ajoutaient d’énormes filigranes à vos vidéos.

Cependant, avec l’essor des applications mobiles, les applications freemium sont devenues plus répandues que jamais. En fait, il s’agit peut-être du type d’applications le plus courant sur votre smartphone.

Les applications Freemium sont partout

Un développeur peut monétiser une application mobile de plusieurs manières. La première option consiste à facturer des frais à l’avance. Cependant, avec la concurrence sur le Play et l’App Store, il est de plus en plus difficile de convaincre quelqu’un d’acheter une application qu’elle ne peut pas essayer en premier.

Les publicités sont un autre moyen de monétiser une application, mais la plupart des gens en sont ennuyés. Ce n’est pas non plus le moyen le plus fiable de réaliser un profit.

C’est pourquoi de nombreux développeurs choisissent la troisième option: une stratégie de tarification freemium. Presque tous les types d’applications, des outils de productivité et des widgets météo aux applications de rencontres, ont un modèle freemium intégré. Même certaines applications de photographie, comme la populaire application d’appareil photo VSCO pour iPhone, facturent des frais si vous souhaitez accéder à des filtres et des styles spéciaux.

Les options d'abonnement sur Spotify.

Spotify propose également des niveaux gratuits et premium. Avec la version gratuite, vous bénéficiez d’un streaming de musique de base financé par la publicité. Si vous payez les frais mensuels, cependant, vous obtenez des choses comme le téléchargement de musique hors ligne, l’écoute sans publicité et le streaming de haute qualité.

En relation :  Qu'est-ce que le «mode Jiggle» sur iPhone et autres appareils Apple?

La plupart des services de stockage dans le cloud, tels que Dropbox, OneDrive et Google Drive, suivent également le modèle freemium. Vous obtenez une quantité de stockage gratuite de base que vous pouvez compléter avec un espace payant supplémentaire.

Le modèle freemium ne se limite pas aux logiciels grand public – des services d’entreprise de premier plan, comme Slack, SurveyMonkey et Asana, l’utilisent également.

L’essor des achats intégrés et de la gratuité

Une grande partie de la montée en puissance des applications freemium peut être attribuée aux achats intégrés. Chaque application mobile dans les magasins Play et App Store a la possibilité de vendre des fonctionnalités supplémentaires. La plupart des applications qui utilisent des publicités ont un achat intégré qui vous permet de supprimer complètement les publicités.

Puisqu’ils sont liés à votre compte Google ou Apple, vous pouvez effectuer un achat via l’application en appuyant sur un bouton. C’est pourquoi de nombreux développeurs utilisent ce qu’on appelle un «motif sombre» pour vous inciter à dépenser de l’argent. Cette stratégie comprend des fenêtres contextuelles qui vous demandent de déverrouiller des fonctionnalités supplémentaires la première fois que vous ouvrez une application ou des publicités incroyablement (et délibérément) intrusives.

Les achats intégrés sont particulièrement répandus dans les jeux vidéo «gratuits», qui suivent souvent les pratiques les plus flagrantes en matière de monétisation. Contrairement aux applications qui bloquent des fonctionnalités spécifiques derrière un paywall, les jeux ont généralement des microtransactions. Ceux-ci tentent de vous amener à dépenser de l’argent à plusieurs reprises pour certains objets, personnages ou devises du jeu.

Il y a eu plusieurs incidents dans les nouvelles où des parents ont découvert que leur enfant avait dépensé une somme folle pour des objets dans le jeu. Certains jeux mobiles limitent même le nombre de fois où vous pouvez jouer dans un certain laps de temps, sauf si vous payez.

L’avenir de Freemium

Il est peu probable que le modèle freemium soit éliminé de si tôt. Il permet aux développeurs d’accéder à un public beaucoup plus large pour leurs applications et diminue la fréquence du piratage. Et certaines personnes se contentent parfaitement d’utiliser les versions des applications freemium financées par la publicité. D’autres aiment qu’ils obtiennent une version d’essai gratuite de certaines applications avant d’acheter des fonctionnalités supplémentaires.

Quoi qu’il en soit, pour être un consommateur averti, il est important que vous sachiez d’où vient votre logiciel et comment ses développeurs gagnent de l’argent.

En relation :  Pourquoi les dirigeants doivent avoir la maîtrise de soi

Moyens Staff
Moyens I/O Staff vous a motivé, donner des conseils sur la technologie, le développement personnel, le style de vie et des stratégies qui vous aider.